Kosmopolite Art Tour 2015

cover_4712cut

Cette première semaine de juillet, Bruxelles recevait la troisième édition belge du festival itinérant d’Art urbain Kosmopolite. Une semaine complète pendant laquelle une quarantaine de peintres étaient invités à embellir les quais et dynamiser un quartier en pleine reconstruction.

Initialement, le festival Kosmopolite a vu le jour à Paris en 2002, créé par le collectif MACrew pour promouvoir la richesse et la diversité du Street-Art. En douze ans, le festival a invité près de 700 artistes venus du monde entier, accueillant plus de 150 000 visiteurs. Après onze éditions, il est devenu un évènement référence sur la scène graffiti internationale. En 2009, le festival tend à s’étendre au-delà de ses frontières. C’est ainsi que le MACrew (Paris), Aerosol Bridge Club (Amsterdam) et Farm Prod (Bruxelles) s’associent pour créer le Kosmopolite Art Tour. Cette vision commune a pour but de décliner le concept dans trois grandes capitales européennes, et va très vite s’exporter vers d’autres destinations internationales comme que Jakarta, Sao Paulo, Rio de Janeiro, Casablanca…

Après avoir mis la barre très haut en 2012, le collectif Farm Prod nous a donc concocté un programme haut en couleur et riche en émotions. Comme c’est de coutume à Bruxelles, les hostilités commencent un jeudi soir. Ce 2 juillet, à l’Espace La Vallée, avait lieu le vernissage de l’exposition qui accompagne le festival. Titrée Kosmo Loco cette expo présente les artistes locaux, une cinquantaine de toiles, des sérigraphies, volumes ou installations, la variété des médias et la qualité graphique invite la discipline à rivaliser avec l’Art contemporain.

Dès le lendemain midi, le long du canal, les mêmes artistes s’attaquent aux murs, ils ont été préalablement préparé par les organisateurs, on leur remet les couleurs attribuées à chaque parcelle et chacun part en repérage, une esquisse à la main en échangeant avec son voisin. Là commence le bal des échafaudages, le bruit des bombes dans les cartons, on branche les platines et on distribue des bouteilles d’eau sous un soleil écrasant. Sur le quai d’en face c’est Bruxelles-les-bains, par extension Kosmopolite y étend sa programmation : deejays, projections, animations et live-painting. Pour ce premier soir, on commence avec une Boat Party avec le Supafly Collective, un aller-retour sur une péniche pleine de grosses basses, c’est l’occasion de longer les murs que l’on a découvert tout au long de la journée.

Le week-end voit se dessiner les esquisses des fresques grands formats, quelques pièces autonomes sont déjà bouclées, certains artistes ont un emploi du temps trop chargé pour rester profiter des festivités. Car c’est avant tout de cela qu’il s’agit, tous les participants sont heureux de se retrouver ou se rencontrer, échanger autour d’une culture commune. Les deejays Lee Roy et Kid Strike assurent six heures de mix, puis, une fois la nuit tombée, sont projetés les documentaires “Mauvaises herbes” et “Graffiti Dixit Art”, de notre coté du quai c’était skatepark et breakdance.

Les journées sont bien chargées et toute la semaine va s’enchainer, les murs prennent des couleurs et perdent leurs tristes teintes au profit de motifs, persos, décors et lettrages. On est loin des premières Jam de Graff avec les flop, blockletters et wildstyle, on sent aujourd’hui l’influence de l’infographie ou de l’illustration, les techniques ont évolué, les styles ont explosé, il n’y a plus de codes, plus de frontières. C’est finalement une bonne nouvelle, vu la fréquentation grandissante, le public plébiscite ce genre d’initiative, chaque artiste est libre d’exprimer ce qu’il souhaite, tout se passe dans une très bonne ambiance. On voit passer quelques politiques venus profiter de cette notoriété naissante, les médias également (mais pas en même temps). En fin de semaine c’est un triporteur aménagé en sound systeme qui nous régale de groove et d’électro, certains s’activent sur les finitions, d’autres déambulent pour voir les réalisations. Le dernier soir, nous nous retrouvons autour d’un barbecue avant de s’évader sur une ultime Boat Party, c’est l’occasion de contempler les quais fraichement colorés. Demain le soleil se lèvera sur un nouveau quartier dont les murs témoigneront d’une semaine de talent d’artistes passionnés.

Y’à pas à dire, les belges savent recevoir, merci au collectif Farm Prod d’organiser cela ainsi, ce festival n’aurait pas le même parfum sans eux. Ils ont préparé toute l’année cette version extra large, pour la première fois depuis sa création, l’édition Belge propose trois rendez-vous cet été, une semaine chaque début de mois dans trois villes du pays. Comment vous dire que c’était chant-mé, mais que c’est pas fini…!?*

Stay in the Kosmopolite Mood !!

Article publié pour inthemood.tv


*Plus de photos des éditions 2015 et 2012.

Tagged with: , , , , , , , , ,

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!