Farm Prod sur les murs bruxellois

farmprod_cover2

Impossible de passer à Bruxelles sans remarquer que la ville déborde de couleurs. À chaque coin de rue les murs témoignent d’une impulsion créative omniprésente et polymorphe. Alors certes, du graff, mais dans un vocabulaire aussi riche que les grandes fresques en hommages aux BD qui s’étirent sur les bâtiments, même les commerçants se prêtent au jeu. Pour comprendre cette scène, nous sommes allés en coulisses, à la rencontre d’un collectif de peintres actifs depuis une dizaine d’années.

C’est dans leur atelier de la Brussels Art Factory que nous retrouvons les Farm Prod, une équipe de sept compères aux talents aussi variés que complémentaires. Alexis et Nelson lâchent leurs toiles pour venir nous accueillir, ils nous font visiter l’atelier et leurs dernières productions. Kool Keith dans les enceintes, acryliques, sprays, papiers et Poscas, la couleur est partout, l’ambiance est conviviale. Plus tard, Arno passe prendre une playstation fraîchement customisée en vue de participer à l’Art & Swap le soir même. Puis c’est au tour de Guillaume et Fred de nous rejoindre, ils sortent d’un rendez-vous pour organiser l’édition belge du festival Kosmopolite, biennale de peintures urbaines répartit cette année sur trois villes. Profitons-en pour leur poser quelques questions.


ITM : Un collectif, c’est une histoire qui s’écrit sur le long terme, vous avez fêté l’an dernier vos dix ans d’existence. Comment est né Farm Prod ? Pouvez-vous présenter l’équipe ?

FP : Nous nous sommes rencontrés pour la plupart durant nos études à l’école d’art de St-Luc à Tournai. Mais le collectif est vraiment né en 2003 quand nous nous sommes tous retrouvés à Bruxelles avec l’envie de perpétuer l’énergie du travail commun expérimenté lors de nos études où nous partagions un atelier dans une partie de ferme réaménagée (d’où Farm Prod). Notre QG se trouvait dans un immense hôtel squatté avenue Louise, l’une des plus prestigieuses de Bruxelles. C’est là que nous avons fais nos armes : expos, live-painting, premières fresques communes, fêtes à gogo. Une période assez folle qui nous a fait connaitre dans le petit milieu de l’art underground et des nuits bruxelloises. Nous étions à l’époque une dizaine, certains issus des études, d’autres camarades de vie, mais surtout une belle bande de potes animés par la même passion : la peinture sous toutes ses formes. Nous étions déjà dans le graffiti pour certains, mais ce n’était pas forcément notre identité. D’ailleurs nous avons toujours refusé de porter une casquette, de faire partie d’un genre. 

Mais c’est tout de même en 2008 que notre chemin s’est orienté vers le graff et le street-art avec la rencontre du MAC crew (Paris) et de AerosolBridge Club (Amsterdam) au festival Kosmopolite de Bagnolet. Nous avons décidé d’organiser une sorte de tournée du festival dans les 3 pays (France – Hollande – Belgique) donnant naissance au festival Kosmopolite Art Tour. Ce festival réunis à chaque fois une brochette d’artistes de nationalités et de styles différents pendant une semaine autour d’œuvres murales communes.

Aujourd’hui, Farm Prod c’est toujours une bande de potes, certains sont partis, d’autres sont arrivés. Nous travaillons toujours autour de projets communs, tout en développant des œuvres persos et nos activités sont variées, mais de manière générale nous nous sommes professionnalisés. Fresques, commandes, déco, murs BD, expo, live-painting, performances, workshops, organisation d’événements culturels… Nous sommes touche-à-tout avec toujours la même envie de concrétiser et de peindre dans la joie et la bonne humeur !

ITM : Vous êtes donc les organisateurs du festival Kosmopolite à Bruxelles. Comment vous-êtes vous retrouvé à importer ce projet initialement parisien ? 

FP :  Et bien comme je le disais nous avons rencontré les collectifs MAC et ABC à Bagnolet lors du festival Kosmopolite 2008. Le MAC crew avait lancé le concept en 2002. En se retrouvant à plusieurs reprises sur des fresques entre Paris et Amsterdam, nous avons décidé de nous lancer dans l’aventure du Kosmopolite Art Tour. Les MAC sont nos ainés d’une dizaine d’années, mais nous nous entendons bien au niveau de la passion et du modèle social de peindre ensemble. 

Nous avons donc pour la première fois organisé le festival K.A.T. (ndlr : Kosmopolite Art Tour) à Bruxelles en 2010 avec plus de 50 artistes de partout dans le monde. Au programme : fresques, expos, projections, débats et soirées autour du thème du graffiti et du street-art au sens large. Ce fut une belle expérience, malgré le fait qu’à l’époque nous avions eu du mal à trouver des murs dans l’espace public.

C’est en 2012, dans la ville de Louvain-La-Neuve, que nous réalisons vraiment le festival à la hauteur de nos attentes. La ville nouvelle avec une centre ville piéton était le terrain de jeu idéal pour une bande de graffeurs encore plus nombreux et aux talents aussi qualitatifs que variés. Plus de 4000 m2 de murs ont pris des couleurs durant le festival et la ville a vraiment changé de peau. On ne peut plus aller à LLN sans passer devant d’immenses fresques peintes par des artistes du monde entier. (Aperçu en images sur Kosmopolite.com)

Aujourd’hui nous sommes en train d’organiser l’édition 2015 avec l’ambition de se placer dans 3 villes représentant les 3 régions qui forment la Belgique, sorte de trait d’union entre les différentes communautés. Fort de nos expériences passés et avec l’ambition qui nous anime depuis le début, nous espérons frapper encore plus fort que les éditions précédentes !

ITM : On vous a récemment vu à la réalisation de fresques, disons “institutionnelles”, c’est un peu une consécration ici à Bruxelles, la ville de la BD. Comment est-ce que vous abordez ces projets ?

FP :  La ville de Bruxelles cultive depuis longtemps un attachement particulier à la Bande Dessinée. La scène BD belge et l’apparition de la ligne claire ont certainement révolutionné le monde de la BD avec Hergé, Franquin, etc… Bruxelles rend hommage depuis une dizaine d’années aux grands noms de la BD belge en leur consacrant une fresque murale dans les rues de la capitale. C’est d’ailleurs devenu un attrait touristique majeur de la ville, grâce à un parcours permettant de visiter autant les fresques que les différents quartiers de Bruxelles, les visiteurs ont une manière originale d’aborder la ville. Depuis l’ouverture du marché public, nous participons, avec d’autres, aux appels d’offres concernant la réalisation de ces fresques. Il y en a entre 2 et 5 par an selon la taille. Nous en avons 2 à notre actif (Marsu et Froud & Stouf), une autre est prévue au printemps prochain (Quick & Flupke). La technique de reproduction n’était pas une chose aisée à apprendre par nous même, mais cela permet d’affiner nos possibilités en matière de réalisations de fresques. 

Ceci dit, nous sommes un peu déçus que cet engouement de la ville ne soit pas similaire quand aux nouveaux courants artistiques du graffiti et du street-art, mais nous y travaillons activement afin d’avoir une réelle présence au niveau de la capitale.


Merci à vous d’avoir pris le temps de nous recevoir, on revient vous check cet été lors du Kosmo Art Tour.

Stay in the painting mood !!

*Interview réalisée pour inthemood.tv


Crédit photo : ugo Cab + Gauthier Houba

Tagged with: , , , , , , , , ,

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!